lecorps.info
- 306 -

Tout savoir sur la greffe de cheveux

Chez certaines femmes, avec l’arrivée de la ménopause, les cheveux commencent à tomber. Cette chute peut être soit permanente soit temporaire. Cela dépend de la physiologie de la personne intéressée et des changements saisonnières. Pour certains, la calvitie est embarrassante et provoque même des troubles psychologiques. En effet, si la perte est permanente, la personne pourrait accepter le changement ou, dans le cas contraire, adopter les solutions envisageables. La greffe de cheveux fait partie de ces alternatives. Cette intervention médicale consiste à couvrir les zones dégarnies via des techniques de micro greffe. Telles que les bandelettes ou la FUE (Follicular Unit Extraction).

La technique des bandelettes

La méthode des bandelettes repose sur des implantations relativement simples. C’est une technique qui s’adresse tant aux hommes qu’aux femmes. Et elle est plus efficace que la FUE. 90% des praticiens optent pour cette méthode grâce à sa qualité d’implants et à sa capacité de couvrir les grandes calvities. Cependant, un résultat définitif apparait huit mois après l’intervention. Mais l’inconvénient avec cette méthode c’est qu’il faut prélever une bandelette d’environ 1 cm de large pour pouvoir récupérer les racines. Ces derniers seront réimplantés et redistribués sur les zones à couvrir. Laissant derrière elle une cicatrice de quelque centimètre de longueur.

La méthode FUE traditionnelle

Par rapport aux problèmes courants liés à la pratique des bandelettes, les chirurgiens ont dû mettre en place une nouvelle technologie permettant d’extraire directement les greffons. Cette technique est idéale pour des réimplantations rapides et instantanées. Autrement dit, cette deuxième méthode consiste à prélever les unités folliculaires depuis une zone distributrice. Mais en tout cas, cette nouvelle technique de greffe de cheveux est délicate. L’opération se fait manuellement, mais le résultat est net.

Bref, la perte de cheveux n’est pas irréversible. Le type d’intervention choisi dépend des attentes de chacun. Mais le principe reste le même: la pose d’implants pour couvrir une zone dégarnie.